Fondation d’Ikoni

On ignore exactement à quand remonte la fondation de la ville d’Ikoni. Elle serait découverte et fondée par deux familles venues par la mer, et qui auraient échoué sur les côtes d’Ikoni. Les deux familles s’installèrent donc, respectivement, l’une à Maluzini, l’autre à Mitsambuni. Ces deux endroits existent encore aujourd’hui, ils se trouvent entre Moroni, la capitale, et le Djabal d’Ikoni, un vieux cratère.

Les deux familles avaient tissé des relations basées sur leurs coutumes respectives et des liens de mariage, selon leurs traditions. Mais un jour, une dispute opposa les jeunes de ces deux familles, au cours d’un rituel d’abattage des bœufs. Les habitants de Maluzini choisirent de partir évitant ainsi toute mésalliance avec leurs voisins.

Ils s’établirent à un endroit dit Zikokoni. Mais pas pour longtemps, car les deux familles finirent par se réconcilier.

La paix régnait à nouveau. La population se multipliait, et cela entraîna l’émigration de quelques couples vers le sud du Djabal. Un premier couple partit s’implanter à Mdji Wa Mbe , situé à l’actuel village de Vouvouni , le reste du groupe, conduit par un chef du nom de Simbi, s’installa à Ipvingudjuu, à l’endroit dit « ndo pwa Simbi », littéralement, chez Simbi. Ce sont les descendants de la lignée Inya Djiva. Et c’est à partir d’Ipvingudjuu que la ville de l’actuelle Ikoni a été fondée, probablement, vers le Xe siècle.

Un demi siècle plus tard, d’autres groupes, d’ethnies d’Afrique et d’ailleurs, vinrent s’ajouter aux groupes fondateurs de la ville. On y trouva les lignées, Inya Djombe, Inya Mwahiko, Inya Rume (descendants des premiers arrivés à Ikoni), et Inya Shima, toutes arrivées par voie maritime.

Laisser un commentaire