Abdallah Ali Karnet l’éducateur

Abdallah Ali connu sous le nom de Fundi Carnet est né en 1936, à Ikoni, aux Comores. Très tôt, il part pour Madagascar où il effectue toute sa scolarité. Très vite, il devient un international de basket-ball malgache en évoluant dans le championnat malgache professionnel de basket-ball. Il fut plusieurs fois champion de Madagascar avec son équipe. Selon la presse malgache de l’époque, « Carnet est le plus grand joueur comorien de basket-ball de tous les temps. »En effet, il est considéré comme l’un des plus grands champions comoriens de tous les temps, tous sports confondus, et a contribué à rendre populaire le basket-ball comorien et à travers les quatre îles.

Son palmarès personnel en tant que joueur et international malgache est impressionnant. De retour aux Comores, le basket est embryonnaire. Il y apporta son expérience en tant que joueur avant de devenir l’entraîneur emblématique de l’équipe nationale.

L’équipe des Comores de basket-ball est une sélection des meilleurs joueurs comoriens de basket-ball sous l’égide de la Fédération comorienne de basket-ball.

Les Comores ne se sont jamais qualifiées pour une compétition internationale majeure et figurent à la 83e place du classement de la Fédération internationale de basket-ball amateur (FIBA).

L’équipe comorienne réussit néanmoins aux Jeux des îles de l’océan Indien, finissant sur le podium à sept reprises et remportant le titre en 1979. Il était l’entraîneur de la victoire.

En 2011, à l’occasion du 50e anniversaire de l’avènement du basket sur le continent africain, la Fédération comorienne de basket-ball a décoré certains anciens basketteurs comoriens. Des anciens qui se sont distingués non seulement par leur affection à cette discipline mais aussi et surtout par leur engagement à promouvoir ce sport dans notre pays. Fundi Carnet, alors âgé de 75 ans s’est vu remettre un certificat de reconnaissance pour services rendus au basket comorien et au sport en général. « Je suis content que je sois récompensé aujourd’hui devant ces jeunes et ces autorités pour tous les efforts que j’ai fourni pour l’épanouissement du basket comorien » s’est réjouit Fundi Carnet après avoir reçu le certificat de reconnaissance.

Et il fut également décoré du croissant vert par le Président Sambi. La plus haute distinction nationale pour ce grand sportif.

Fundi Carnet a été pendant longtemps, éducateur sportif, au Lycée Said Mohamed Cheick. La plupart des grands noms du basket comorien ont été ses élèves… A Ikoni, il a su faire rayonner le basket, réussi à le transformer en une passion. Il a fait du basket, un sport qui réunit et qui unit. Tous les jeunes d’Ikoni y ont pris part sans distinction aucune. C’était une équipe, une voix et la victoire.

Dans l’ensemble du pays, voire dans les autres îles, le basket était quasi inexistant. Il s’est battu pour que ce sport ne se joue que dans trois villes : Moroni, Mitsamihouli et Foumbouni. Il s’est assigné une nouvelle mission, celle de le rendre populaire dans tout le pays. Aujourd’hui, chaque village, chaque ville a son équipe de basket. Et il a fait de Djabal Basket une équipe redoutable. Ses nombreux trophées décrochés au cours de l’année 2013 en témoignent.

Sa ville d’Ikoni, où il profite de sa retraite, a su lui rendre le plus beau des hommages en donnant son nom au stade de basket de la ville : le stade Fundi Carnet.

Laisser un commentaire