Nashume : la résistance ou le cri d’alarme

Nashume est un cri d’alarme, mais aussi un appel à la résistance. Elle est une résistance face à l’agression, à l’envahisseur sans scrupule. Un engagement d’honneur. Elle est l’expression de courage et d’honneur de nos grands pères. Un témoignage de bravoure et d’héroïsme de Zé Hamadi za Ikoni

Nashume est une danse traditionnelle ikonienne chargée d’histoire relatant la résistance des guerriers d’Ikoni face à l’invasion des pirates malgaches dans les villages côtiers des Comores.

Nashume glorifie les valeurs héroïques des vaillants guerriers Iconiens contre l’ennemi.

Nashume symbolise l’honneur des femmes Iconiennes qui choisissent la mort au déshonneur en se jetant du sommet du mont Djabal à la mer plutôt que d’être tombées aux mains de l’ennemi, ces pirates malgaches, pilleurs et violeurs.

Au 18ème siècle, et tous les 5 ans, des pirates malgaches envahissèrent successivement les villages côtiers des Comores, les pillant , et violent les femmes et capturent les hommes qui seront destinés au commerce honteux d’esclaves. Les Iconiens doués de stratégie de guerre ont mis en place un plan de défense. Ils évacuent la ville qui, pour rappel, était la capitale administrative du sultanat de Ngazidja et chef-lieu de la région de Bambao. Les femmes, les enfants, les vieillards et une partie de leurs biens ont été placés en lieu sûr, dans le Mont-Djabal : ancien cratère offrant une forteresse où tout était organisé pour survivre.

Mais un berger originaire de la ville de Moroni, allait indiquer indique aux pirates une issue appelée « dopvo mizidjou » (un passage secret) par laquelle les pirates ont pris les Iconiens en brèche.

Surpris, les ikoniens perdirent la bataille. Ils furent massacrés par des pirates munis d’armes à feu. Les sabres et autres épées des Hamadis d’Ikoni étaient impuissants face aux canons de l’ennemi. Les hommes avaient sacrifié leur vie pour défendre leurs femmes, leurs enfants, leurs biens, leur honneur, leur ville, cette terre-mère qui est Ikoni Djabal.

Et le cri de guerre était « NASHUME » La gloire ou la Mort  : La resistance

Article proposé par Ali Oussouf Chioni, Ikoni-Ngazidja.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le mzina-nkubu (danseur de nkubu) est à la fois un musicien, un historien et un expert en matière de droit coutumier. Il danse le nkubu sur les places publiques des villages à la demande du roi. Et lorsque la foule est autour de lui, il chante les édits et décrets royaux dans des textes faciles à comprendre et à « archiver » dans la mémoire collective.

Laisser un commentaire